•  

    Un passage de ce côté pour vous souhaiter

    une belle semaine ! 

     

     

     


    Il y a des moments pleins de richesses, 
    Souvent simples parcelles d'or, mais aussi 
    Pépites, pistoles et même lingots, 
    Mais parfois " mendiants "… 

    Il y a des éclats de rire 
    Comme des éclats de fèves ! 

    du net.

     

     C'est comme le chocolat !!!


    33 commentaires
  •  

    Chez vous la neige, mais pas chez moi ...

     

      samedi

     

    Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
    Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
    Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
    Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

    C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
    J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
    Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
    (J’entends encore au vent les postillons crier),

     

      Frisson d'hiver !

     

    Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
    Sous ses mille falots assise en souveraine !
    J’allais revoir l’hiver. – Et toi, ma vie, et toi !

    Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme ;
    Je saluais tes murs. – Car, qui m’eût dit, madame,
    Que votre coeur si tôt avait changé pour moi ?

     

      Frissons d'hiver !

     


    35 commentaires
  •  

    “Il y a de grands voyages qu’on ne fait bien qu’en pantoufles.”

    Jean Sarment.

     

     hommes

     

    Quoi? 

    Quand je dis: 

    «Nicoleapportez-moi mes pantoufles,
    et me donnez mon bonnet de nuit» ...

    c'est de la prose...

    Molière.

     

    Je rame !!!

     hommes

     


    39 commentaires
  •  

    Quand les bois ont les cheveux courts,
    La lune ceint son abat-jour
    De brume pâle

    Et le vent vole et le vent court
    En tournoyant comme un vautour
    Sous les étoiles.

    Pourquoi mon coeur es-tu si lourd
    Quand les bois ont les cheveux courts ?

     

      Quel Automne oh oui !

     

    Rivé aux cailloux de la cour
    Le lierre étreint dans ses doigts gourds
    Une hirondelle.

    Entends-tu dans le petit jour,
    Le gel affûter ses tambours
    Et ses chandelles ?

    Quand les bois ont les cheveux courts
    Pourquoi mon coeur es-tu si lourd ?

     
    Pierre Coran.

     

      Quel Automne oh oui !

    Doux mardi ...

     

      Quel Automne oh oui ! 


    43 commentaires